Où je vous parle du bullet journal… | Le souci du detail – Le Blog

Où je vous parle du bullet journal…

   À la suite des photos que j’ai posté sur Instagram, j’ai eu de nombreuses questions sur le bullet journal auxquelles j’ai finalement décidé de répondre ici. L’article risque d’être un peu long mais je vais essayer de tout vous expliquer le plus clairement possible et j’espère que cela vous donnera envie parce que moi, j’adore !!!

I. Le principe de base :

   Le bullet journal (ou journal à puces en français) est un système d’organisation qui a été inventé par Ryder Carroll, un new-yorkais qui vous explique tout sur son site. Pour ceux qui comprennent l’anglais, je vous conseille de jeter un oeil à sa video (et au reste du site d’ailleurs), pour les autres, je vais essayer de résumer.

   Le Bullet journal rassemble toutes vos listes et votre agenda en un seul carnet à l’aide de deux principes simples: l’index (et la numérotation des pages) et les puces. C’est tout. Tout pour de là.

          1. L’index

   Tout d’abord, en créant un index au début de votre carnet et en numérotant vos pages, cela vous permet de créer une liste de courses à faire, par exemple, à n’importe quel moment dans le déroulement de votre carnet, et de la retrouver grâce à l’index. Plus besoin de prévoir « tant » de page pour ma liste de ceci et de cela, « tant » de pages pour mes tâches journalières. Vous utilisez les pages de votre carnet dans l’ordre dans lequel elles se présentent et vous vous contentez de reporter toutes vos différentes « entrées » (liste, dessins, calendrier…) dans votre index. Pour vous faciliter encore la vie vous pouvez utiliser des titres ou des codes couleurs…

          2. Les bullets (ou puces, symboles, clés…)

   Les « bullets » vous aident à organiser vos « dailies », c’est à dire vos pages journalières qui peuvent contenir la date, le temps qu’il fait et bien d’autres choses mais surtout vos tâches, notes et rendez-vous. Cela consiste à utiliser un symbole différent en fonction de ce que vous écrivez (une tâche, un anniversaire, une pensée dont vous voulez vous rappeler).

   En pratique, la veille, vous préparez votre journée du lendemain. Vous inscrivez ce que vous avez à faire précédé d’un point (.) et vos rendez-vous ou les évènements du jour, précédés d’un rond (o). Ne vous inquiétez pas, c’est beaucoup plus facile que ça en à l’air. Dans la journée, si vous voulez noter une idée par exemple, vous inscrivez un tiret au début (-). Et le soir de nouveau venu, vous faites le bilan de votre journée. Pour les tâches effectuées, vous transformez le point en croix (x) et pour celles qu’il vous reste encore à faire vous inscrivez une flèche (->) et vous les reportez sur le jour suivant.

   Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de vous en tenir à ces symboles-là et vous pouvez choisir ceux qui vous conviennent. Il vous suffit de créer un petit récapitulatif de vos « clés » au début de votre bullet journal pour ne pas oublier à quoi elles correspondent.

II. Le Principe étendu

   Le principe de base s’arrêtait là. Ryder Carroll proposait d’ajouter ce qui nous était utile comme un calendrier annuel au début du carnet puis un calendrier mensuel à chaque nouveau mois. Le plus important était d’avoir un outil rapide et facile d’utilisation. Mais c’était sans compter sur le succès de son système qui s’est largement étendu, affiné et embellit au fil du temps. Notez bien que vous pouvez tout à fait en rester là mais vous pouvez également personnaliser votre carnet à l’infini…

          1. Calendriers, listes et collections…

   Les possibilités sont infinies et je ne vais donc pas les détailler toutes ici. Personnellement, j’ai opté pour un calendrier complet en début de carnet et une to-do list générale (voir photo) puis un calendrier en début de mois (deuxième photo), un récapitulatif de mes dépenses et un tracker mensuel, une to-do list plus détaillée toutes les deux semaines puis mes dailys.

   Voilà pour ce qui est de l’organisation mais j’ai également des listes de livres à lire, de films à voir, une bucket list inversée, une page pour me souvenir des meilleurs moments de l’année, une page d’objectifs à atteindre et encore tout un tas d’autres choses. C’est modulable à l’infini, tout l’intérêt est là. Je vous laisse quelques photos, c’est plus parlant et pour d’autres idées et façons de faire, qui sont aussi nombreuses que le nombre de « bullet journalist », je vous conseille de jeter un oeil à mon article suivant et de faire un tour sur internet…

          2. L’embellissement

    Maintenant que vous avez un carnet qui répond parfaitement à vos attentes et vous permet de vous organiser du tonnerre, vous aurez peut-être envie qu’il soit joli… Là encore, pas d’obligation mais votre imagination est la seule limite. Bon, et un peu votre talent aussi mais ça, ça se travaille.

III. Le matériel :

          1. Le carnet

   L’un des gros avantages du bullet journal est que vous pouvez utiliser n’importe quel carnet, vraiment, celui que vous voulez. Vous pouvez même utiliser un classeur pour ceux qui veulent quand même pouvoir contrôler l’ordre de leurs feuilles après coup. Malgré tout, si vous commencez à vous intéresser au bullet journal (ou bujo pour les intimes), vous verrez souvent revenir la marque Leuchtturm 1917. Il y a plusieurs raisons à cela, la principale étant que le carnet comporte déjà un index et des pages numérotées, ce qui est un gain de temps énorme. Pour ne rien gâcher, les pages à point sont extrêmement pratiques et d’une très bonne qualité et le choix des couleurs est très étendue. D’ailleurs, on peut même dire que la marque est officiellement devenue la symbole du bullet journal puisqu’en collaboration avec Ryder Carroll, ils ont édité un spécial bullet journal (voir photo).

          2. Les stylos

   Là encore, vous pouvez vraiment utiliser ce que vous voulez mais, soyons honnêtes, la plupart des adeptes du bujo sont également des fous de papeterie. Vous allez donc pouvoir vous faire plaisir. En fonction du carnet que vous avez choisi, certains stylos et feutres seront plus ou mois adaptés, je vous conseille donc de dédier une feuille au test de votre matériel, par exemple la dernière page, pour vérifier  quel stylo est adapté et transperce ou non la page. Pour ma part, j’ai choisi les feutres Pitt artist noirs de chez Faber-Castell pour écrire ou les Pigma Micron, les triplus fineliner Staedtler pour la couleur et les feutres Tombow pour le dessin.

          3. Les décos

   Je crois que vous l’avez maintenant compris, le bullet journal n’a pas de limites. Vous pouvez donc y ajouter tout ce qui vous chante et le décorer de stickers, collages et autres masking tape.

III. La communauté bullet journal

          1. C’est pour moi ?

   Même si tout le monde peut se lancer dans l’aventure, je pense que cela s’adresse en premier lieu aux personnes qui, comme moi, ont peu de rendez-vous ou d’horaires fixes et régulières mais un grand nombre de choses à faire. Personnellement, j’achetais tous les ans un agenda pour l’abandonner au bout de quelques temps parce qu’il n’était pas adapté à mon mode de vie et j’avais des tas de « to-do list » à n’en plus finir dans tous les sens. J’ai bien essayé de les rassembler en une seule mais elle n’en finissait pas et je me décourageais rien qu’en la regardant. Le bullet journal m’a permis de m’organiser bien plus facilement.

   En deuxième lieu, le bullet journal s’adresse évidement à tous les planner addict, les fans de papeterie, de dessins, coloriages, calligraphie, art therapy et autres. Vous pourrez y laisser libre cours à votre imagination.

          1. Je commence où ?

   Si à votre tour l’idée vous tente, je vous conseille de faire un tour sur les réseaux sociaux, principalement Instagram et Pinterest (essayez par exemple les tags #bujo et #bulletjournalist) et de parcourir les photos que vous trouverez en quantité et qui ne manqueront pas de vous inspirer. Sur Youtube également vous trouverez un grand nombre de vidéos très intéressantes. Sur Facebook, vous trouverez un super groupe francophone pour poser toutes vos questions et si jamais vous habitez Marseille, j’organise des ateliers pour vous aider à démarrer votre bullet journal. Et il y a bien sûr quelques incontournables et « bullet journalist » vraiment talentueuses :

   Dernier petit conseil: commencez votre bullet journal sur un brouillon pendant quelques jours. Cela vous permettra de savoir ce que vous voulez y mettre ou non.

   Voilà, si vous avez lu jusqu’ici ce que vous devez vraiment être intéressé donc si vous avez des questions, n’hésitez pas et si vous voulez plus de photos de mon bullet journal, rendez-vous sur instagram: @lesoucidudetail ou sur Pinterest.

   Et pour trouver tout le matériel nécessaire pour se lancer, rendez-vous vite dans la catégories « Mes Jolis Papiers » du souci du détail. À tout de suite…

11 réflexions au sujet de « Où je vous parle du bullet journal… »

  1. Ping : My Bullet Journal | Cultur'elle

  2. Ping : Bullet Journal… |

  3. Ping : De l’art de bien s’organiser avec le Bullet Journal – Violette à pois

  4. Ping : Mon addiction au Bullet Journal |

  5. Ping : Bullet journal | Comment ça marche ?

  6. Ping : Le bullet journal, cet outil qui a révolutionné mon quotidien – Dans le manoir aux livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

x
pname

Produit ajouté à votre panier !

« Continuer vos achats
Régler votre commande »
x
Error

huston we have a problem

« Continue shopping